L'Observatoire de nos libertés

L'Observatoire de nos libertés

Violences policières


14 Novembre 2018 - Enquête Bure : le zèle nucléaire de la justice

https://www.liberation.fr/france/2018/11/14/bure-le-zele-nucleaire-de-la-justice_1692100

 

 

"Alors que ces faits, principalement de dégradation, ne concernent que quelques militants, c’est le mouvement dans son ensemble qui va être visé. L’objectif clairement affiché est de mettre en évidence la «radicalisation» d’une partie des opposants ayant des «desseins criminels» et auteurs, selon les gendarmes, d’«infractions graves n’ayant pour l’instant entraîné que des dégâts matériels». Dans cette instruction, qui a déjà dépassé les 10 000 pages et que Libération a consultée, les investigations les plus intrusives des enquêteurs s’enchaînent frénétiquement. Une «cellule Bure» à la gendarmerie est montée en coordination avec le parquet de Bar-le-Duc.

 

Une dizaine de militaires travaillent sur le mouvement. La plupart à plein temps. Surveillance physique, géolocalisation, balisage de véhicule, placement sur écoute, tentative de sonorisation d’une maison, expertise génétique, perquisitions, exploitation de matériel informatique… Ces «techniques spéciales d’enquête» ont été étendues ou légalisées par la loi du 3 juin 2016 sur la criminalité organisée et le terrorisme. A l’époque des débats au Parlement, les défenseurs des libertés publiques alertaient justement contre le risque de voir les méthodes de l’antiterrorisme et de répression du grand banditisme appliquées au militantisme politique."


21/11/2018
0 Poster un commentaire

24 Janvier 2018 - Violences policières sytémiques ?

https://desarmons.net/index.php/2018/01/24/violences-policieres-systemiques-quest-ce-quon-entend-par-la/

La police frappe et la police tue, c’est un constat et un fait avéré : une quinzaine de personnes meurt à cause de la police en moyenne chaque année. En 2017, ce chiffre s’élève à 18 personnes (cf. Bastamag). Suite à l’adoption de la loi sur la sécurité publique le 28 février 2017, qui étend la définition de la légitime défense et donne aux policiers l’autorisation d’ouvrir le feu sans avoir à craindre des poursuites pénales, une série de personnes est tuée par balles par les forces de l’ordre dans les mois qui suivent : Liu Shaoyao, Angelo Garand, Jerome Laronze, Mickaël Simon, Luis Bico, Nicolas Manikakis

 

 


25/06/2018
0 Poster un commentaire

Mai 2018 - Morts à la suite d'interventions policières

https://bastamag.net/webdocs/police/

Les forces de police et de gendarmerie ont pour mission d’assurer la sécurité des personnes, des biens et des institutions. À ce titre, elles disposent du pouvoir de recourir à la force et d’utiliser leurs armes à feu, dans des circonstances précises. Ce pouvoir, conféré par l’Etat, occasionne des morts. Qui sont-ils, pourquoi et comment sont-ils tués ? Dans quelles conditions l’action des forces de l’ordre se révèle-t-elle fatale ?

 


25/06/2018
0 Poster un commentaire

09 Avril 2018 - Scènes de violences policières inhabituelles dans les universités de Nanterre et Lille

https://www.politis.fr/articles/2018/04/scenes-de-violences-policieres-inhabituelles-dans-les-universites-38653/ 

Des personnels de l'université ont publié ce lundi soir un communiqué dénonçant des « violences policières inacceptables et sidérantes » :

Nous sommes extrêmement choqués du recours à une intervention policière (gendarmerie et CRS) à l’intérieur des bâtiments de l’université pour déloger et interpeller des étudiants (ce qui est à notre connaissance inédit dans l’histoire de l’université de Nanterre). (…) Nous exigeons que soit respecté le droit de se réunir, de débattre et de manifester dans l’université, lieu de formation et d’émancipation. Nous demandons la libération immédiate des étudiants arrêtés.

 


25/06/2018
0 Poster un commentaire

31 Mai 2018 - Une volonté de faire peur, de faire mal, de casser un élan de politisation de la jeunesse

https://www.humanite.fr/arie-alimi-une-volonte-de-faire-peur-de-faire-mal-de-casser-un-elan-de-politisation-de-la-jeunesse

Avocat au barreau de Paris et membre de la Ligue des droits de l'homme (LDH), Me Arié Alimi dénonce la stratégie d’intimidation mise en oeuvre par le gouvernement contre les jeunes arrêtés au lycée Arago, le 22 mai dernier.

 


25/06/2018
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser